Vous aimez ou vous aimez ?

Francis Sagi

Le géant de la recherche a lancé son service de médias sociaux Google+ il y a quatre mois. Récemment, un certain nombre d'avis ont été émis selon lesquels Google+ et Facebook se livreraient une bataille féroce pour dominer les médias sociaux.

Google+, avec ses 45 millions d'utilisateurs actuels, ne fait pas encore le poids face à Facebook, qui a 7 ans d'avance dans les médias sociaux et une communauté de 800 millions de personnes, mais Google, avec son moteur de recherche et son assise financière et intellectuelle, ne doit pas être sous-estimé. La question est de savoir si Google+ poursuivra l'échec de Google Buzz et Google Wave ou s'il finira par devenir un concurrent compétitif dans les médias sociaux. L'étude du CNR, représentative de 1000 internautes hongrois âgés de 18 à 69 ans, a cherché à répondre à cette question.

L'ouverture de Google aux médias sociaux peut se comprendre : la consommation de contenu en ligne est de plus en plus liée aux médias sociaux et à Facebook en leur sein, pour ainsi dire, Facebook et l'internet deviennent presque équivalents pour de plus en plus de gens. Cette tendance est certainement préoccupante pour Google, qui a construit son modèle économique principalement sur la recherche et d'autres services et qui a toujours pris soin d'offrir ces services aux consommateurs sur une plateforme commune, d'une manière unifiée. Cette plateforme unifiée a toujours été l'objectif de Google, qui souhaite s'approprier une part croissante du temps passé sur Internet, mais les médias sociaux et Facebook semblent freiner son ambition.

Le clin d'œil de Google aux médias sociaux est compréhensible si l'on considère que le canal de communication en ligne se taille une part de plus en plus importante des budgets ATL, par ailleurs en baisse, principalement aux dépens de la radio et des espaces publics. En outre, le marché en ligne connaît également une période de réalignement, les annonceurs se détournant de plus en plus de la publicité par affichage, désormais classique, au profit de la recherche et des médias sociaux. Bien sûr, en Hongrie, les médias sociaux sont dominés par iwiw et Facebook, mais il y a eu des présentations récentes dans lesquelles Google+ a été inclus comme un élément d'une campagne de médias sociaux dans la boîte à outils du planificateur de médias.

A Google+ ismertségi adatai alapján első olvasatra akár sikerről is beszámolhatnánk, hiszen a 18-69 éves magyar internetezők között a támogatott ismertsége 40% körül állt októberben, ami – elvonatkoztatva attól a ténytől, hogy a világ egyik legismertebb márkájáról beszélünk -, nem is rossz érték. Az már ennél jóval nagyobb problémát jelent, hogy ez az érték júliusban is éppen ennyi volt, vagyis négy hónappal a debütálás után a Google+-nak nem sikerült számottevő ismertség-növekedésre szert tennie.

Compte tenu de la stagnation de la notoriété, il n'est pas surprenant que le nombre d'inscriptions à Google+ n'ait pas non plus connu une croissance explosive. En trois mois, le nombre d'internautes est passé de 7% au départ à seulement 13%. Cette augmentation semble particulièrement faible si l'on considère que Facebook a connu une augmentation similaire de 4 points de pourcentage dans le même groupe cible au cours de la même période, mais à partir d'une base beaucoup plus élevée de près de 80%. Il n'est donc pas surprenant que le taux d'inscription à iwiw diminue lentement, une tendance qui devrait se poursuivre au cours des prochains mois.

comme1

La lenteur de la croissance de Google+, en termes d'inscriptions uniquement, ne semble pas s'accélérer du tout. Dans notre série d'études, nous avons demandé à nos répondants s'ils pensaient s'inscrire sur le site dans le mois à venir. En juillet, après le lancement du site, 8% des internautes déclaraient s'imaginer s'inscrire sur le site, contre 15% en octobre, ce qui indique une augmentation (trop) lente des intentions d'inscription.

Au départ, tout le monde pensait que le taux d'inscription serait extrêmement élevé, car il ne s'agissait pas de partir de 0. Avec un compte gmail, il est très facile de s'inscrire et tous les services intégrés de Google sont disponibles pour devenir un membre actif de la nouvelle communauté Google+. Toutefois, ces facteurs ne sont pas suffisamment puissants pour accélérer le taux d'inscription et augmenter le nombre de membres actifs.

À la réflexion, il n'est peut-être pas si surprenant que la dynamique de croissance des inscriptions ne soit pas explosive. Lors de son lancement, Google+ n'offrait que très peu de nouveautés par rapport à Facebook, la nouveauté résidant dans les cercles (regroupement plus systématique d'amis et de connaissances), Sparks (filtrage de contenu) et Hangouts (chat vidéo). Au-delà de ces solutions, Google+ rappelle surtout Facebook, mais il n'est pas meilleur, ni plus "imbriqué" que Facebook. Seul le meilleur regroupement d'amis et de connaissances (la fonction Cercles) permet à Google+ de battre Facebook, mais sur tous les autres aspects (design, transparence, services fournis), il est - pour l'instant - inférieur à son rival aux yeux des internautes. Comme le montre l'étude, le point le plus frustrant est le faible nombre d'amis et de connaissances sur le site, dont l'absence constitue une forte barrière à la croissance pour un site de réseau social.

comme2

Bien entendu, il est également possible que Google+ espère une prise de contrôle lente. Comme ils le disent eux-mêmes, il y a une nouvelle fonctionnalité Google+ chaque jour, et ils le construisent donc pas à pas. Il existe désormais des comptes de célébrités vérifiés, des jeux ont été ajoutés au site, YouTube a été intégré et les annonceurs sont également séduits par le lancement des pages Google+ à la mi-novembre, qui permettront aux utilisateurs de rejoindre des marques et des entreprises qu'ils apprécient, tout comme Facebook, et même de créer leurs propres pages et groupes.

Ces développements sont encore considérés par Google comme une première étape, car il y a un énorme potentiel dans une suite de services qui comprend maintenant G+ et bien sûr d'autres fonctionnalités fournies par Google. Le serveur Gmail est déjà utilisé par de nombreuses entreprises comme système de messagerie, et l'intégration de Google+ créera un système permettant aux utilisateurs professionnels de fournir d'autres solutions de communication.

Google+ pourrait même réformer le système de recherche qui constitue le profil principal de Google. Pourquoi ne pas imaginer que Google+, en tant que système de recommandation, pourrait (même) se transformer en une liste personnalisée de résultats dans les recherches Google, rendant ainsi les campagnes de recherche (encore) plus utiles. De plus, si le système pondère également vos résultats de recherche en fonction des plus de vos amis et les affiche dans les résultats, l'effet du bouche-à-oreille peut être appliqué au cours du processus de recherche.

La question principale est bien sûr de savoir à quelle vitesse le lancement de ces services imaginaires et réels recrutera de nouveaux membres sur Google+, et si une spirale auto-excitante peut même s'enclencher, dont la clé est l'émergence d'une masse critique qui générera de nouveaux utilisateurs s'inscrivant sur le site. Nous ne voulons pas faire de prédictions à ce sujet, car il s'agit d'un marché qui peut changer très rapidement. Une chose semble toutefois certaine : tant que les "likes" et les "plus" ne seront pas entrés dans les mœurs, il y aura beaucoup de messages sur notre mur Facebook.

Facebook
Twitter
LinkedIn

Articles sur des sujets similaires

Parcourez les infographies téléchargeables du CNR, utilisez les données que vous trouvez, mais faites toujours référence à nous.
Parlons-en !

Ecrivez-moi ou appelez-moi et je répondrai à vos questions.

Nous pouvons vous aider à faire de l'étude de marché un retour sur investissement rapide !
Plus d'articles par Ferenc Sági
Az e-kereskedelem trendjei - 2024

Az e-kereskedelem trendjei – 2024

Az NRC-nél évtizedes távlatban látjuk az e-kereskedelmi trendeket (is), hiszen a legnagyobb magyar online kutatócégként szakmai kötelességünk ezt a területet (is) mérni. Éveken keresztül

AI és lakosság – mi történt a nyáron? 

AI és lakosság – mi történt a nyáron? 

Még nincs egy éve, hogy a ChatGPT berobbant az életünkbe, s mi máris a harmadik mérést végezzük el a lakosság körében. Az AI alkalmazásokat és azon belül a ChatGPT-t rendszeresen használók aránya viszont egyhelyben topog.

Un psychologue au lieu d'une IA ?

Un psychologue au lieu d'une IA ?

Psychothérapeute et auteure de best-sellers du New York Times, Esther Perel est aujourd'hui l'une des voix les plus pointues et les plus originales sur les relations modernes. Elle a donné une conférence au BrainBar de Budapest en septembre. Écrit par Szilvi Szücs.

fr_FRFR